X

Actualités

Le bonheur au travail et la bienveillance

Un management bienveillant serait plus efficace qu’un management par le stress ? La clé du bonheur au travail et de la performance serait-elle la bienveillance ?

Bienveillance : Veiller à ce que l’autre aille bien. J’aime ce mot. Appliquée au management, cela parait pourtant une évidence.  Si je veille, si je suis attentif au ressenti de l’autre aux conditions, à l’engagement, de mon collègue, de mon équipe et même de mon boss, alors peut être aurons nous de meilleurs résultats.

Stress : Manager par l’urgence, par la pression du temps, en se  focalisant sur le négatif. Est-ce que cela fonctionne ?  C’est surement plus facile que le management pas la bienveillance. J’ai tendance croire que le stress rend idiot. Il réduit la capacité à proposer des initiatives et à prendre des risques et responsabilités. Le stress non ! L’excitation d’atteindre un objectif, de proposer des idées, d’innover oui.

Cet article relate l’expérience de Casino dans la mise en oeuvre d’un programme de formation au management par la bienveillance. Je retiens quelques idées vraiment intéressantes.

La première : Créer un réseau de Bienveilleurs au sein de son organisation. Ceux-ci sont en veille sur les conditions de management, de communication, sur les signaux faibles qui peuvent être les prémices de souffrances, ou d’incivilités. Ils identifient les “irritants” matériels et comportementaux. Non, ce n’est pas le monde des bisounours ! Mais à bien y réfléchir, est-il plus facile de développer l’engagement dans un univers anxiogène avec une pression du temps, un déséquilibre entre les moyens, le temps et les objectifs ou dans un univers bienveillant avec une réelle entraide ?

La deuxième : former les managers à la bienveillance. Oui, c’est un facteur décisif. Et négligé. Souvent, les meilleurs techniciens, commerciaux sont promus comme managers. C’est une reconnaissance. Ou un piège si le collaborateur n’est pas formé à ce nouveau métier : manager. Avant il faisait maintenant il doit faire faire. Avant il vendait maintenant, il accompagne. La communication devient la tâche la plus importante du nouveau manager et il n’a jamais été formé pour cela. Comment faire passer un message, comment veiller à ce que mon équipe aille bien ? Sans formation c’est une illusion croire que cela est possible. Le budget formation est-il vraiment une contrainte au vu des enjeux de performance d’une équipe efficiente ?

La dernière idée : Evaluer les entreprises sur des indicateurs liés à la bienveillance. Là, tout reste à construire. Des salariés heureux font des clients enchantés et des actionnaires joyeux ! Que faut-il  alors construire ? Des indicateurs, oui, issus  du bilan social pourquoi pas. Peut être que publier tous les ans une synthèse de son baromètre interne est une piste à envisager.

 

Un commentaire

  1. jenny
    Posted on 25 juillet 2017 at 20 h 13 min

    Bienveillance j’ai trouvé cet excellent article de @bernard Jomard qui explique très bien comment gérer positivement ce sujet à lire sur : http://bernard-jomard.com/2017/05/11/bienveillance-paradoxe-abilene/

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *