X

Actualités

La Qualité de Vie au Travail : levier de compétitivité de l’entreprise

Comment améliorer la performance de son entreprise ? 

Comment obtenir des résultats pérennes et l’engagement des salariés ?

Voilà 2 questions que se posent nombre de Dirigeants.

Et si la réponse la plus efficiente résidait dans la qualité de vie au travail ?

Je viens de parcourir un excellent rapport qui démontre que la Qualité de Vie au Travail est un levier efficient pour améliorer la compétitivité de l’entreprise ou de l’organisation. Et je ne résiste pas au plaisir de partager quelques idées clés de ce rapport que je vous invite à : télécharger QUALITE-DE-VIEet à étudier.

Présentation :

Les auteurs (Emilie Bourdu, Marie Madeleine Péretié et Martin Richer) en collaboration avec Terra Nova, L’ANACT et La Fabrique de l’Industrie ont recueilli auprès de Dirigeants et managers d’entreprises, de professeurs, de spécialistes de l’organisation, de la prévention des éléments très concrets permettant d’affirmer que la QVT est un facteur clé pour la performance des entreprises. 

Le volet 1 du rapport s’attache à analyser et synthétiser ce que propose la recherche sur le lien entre QVT et performance économique. Et le volet 2 est consacré aux expériences de terrain. Airbus, DuPont France, Thales, Michelin La maille Verte des Vosges, Captain Train entre autres ont été étudiées. Les auteurs ont aussi été attentifs à recueillir les convictions des syndicats, CGT, CFDT, CFE CGC et d’organismes comme l’ANACT.

J’ai notamment retenu qu’il est possible d’enclencher un cercle vertueux. (P16) D’une part la QVT impacte la performance économique et ensuite cette performance, donne des ressources qui peuvent être consacrées à l’amélioration de la QVT. QVT et performances se renforcent mutuellement. Cela corrobore les travaux de Vivement lundi sur les 11 leviers du plaisir au travail.

Que propose le cadre juridique ?

L’ANI de 2013 est un accord relationnel et non transactionnel qui relève de l’innovation sociale pour les auteurs. Ce n’est pas une contrainte, mais une opportunité pour développer, ou renouer avec le dialogue social. Comment faire vivre cet accord ? Le document paritaire adopté en octobre 2015 dans l’industrie (UIMM et 5 fédérations) propose des éléments concrets de mise en oeuvre. Une norme ISO45001 est en cours d’élaboration au niveau européen.

Attention à l’entreprise libérée au Lean et au Happywashing !

Par la suite les auteurs démontrent les intérêts et les limites ou même les dérives de méthodes et de courants comme le lean manufacturing, les entreprises libérés. Responsabilisation et Autonomie oui. Haro sur les managers Non ! Le happy whashing est aussi un leurre. (Confusion entre la QVT et des actions “vernis” de type massages, babyfoot ). Personnellement, je pense que l’on parle trop (dans les médias) de ces actions qui relèvent plus du marketing et de la com. Une table de ping pong, c’est bien, mais pas suffisant !

Le fameux questionnaire Gallup  (Q12) sur l’engagement au travail est aussi l’objet d’une analyse détaillée. J’ai bien apprécié la vigilance des auteurs sur le fait qu’il est important de prendre en compte les différences culturelles entre les questions et réponses des américains et des français. Cela peut biaiser les réponses. (P61).

Travailler le Travail, ça rapporte !

Dans le chapitre 3, puis le volet 2, le rapport démontre que les OTP, Organisations du Travail Participatives, et les actions engagées dans les entreprises responsabilisantes influencent la performance individuelle et collective.

Les auteurs relèvent que les leviers suivants sont les plus puissants :

  • Donner une plus grande latitude dans la prise de décision aux employés
  • Laisser des “Slacks”, temps de travail mort aux salariés (P122)
  • Donner du temps pour la régulation (Renault Flins P 97 et 98)
  • Favoriser la résolution de problème sur le terrain en autonomie (P97)
  • Récolter et mutualiser les solutions mises en place
  • Mettre en place un Lean ascendant et surtout pas descendant (P95)
  • Donner du sens (P100)
  • Développer les temps d’échanges (P105)

Quid des managers de proximité ?

Le rôle du management de proximité est essentiel selon les auteurs (P108). Pourtant, souvent, ces managers sont d’excellents techniciens, des experts pointus et compétents qui sont parfois peu à l’aise pour dialoguer, pour reconnaitre les efforts et l’engagement, peu à l’aise pour redonner du Sens au travail demandé. Peu à l’aise car jamais, ou trop peu formés aux soft skills, à la communication et sensibilisés aux méthodes développant le bien être au travail. N’est il pas temps de s’en préoccuper ?

Aller un pas plus loin 

Il est surement possible d’aller encore un pas plus loin en démontrant le ROI d’une démarche de QVT, cela notamment en recherchant des ratios de productivité et des KPI financiers dans l’industrie ou les services. C’est à mon sens en collectant les évolutions des indicateurs de performance auprès d’un nombre significatif d’entreprises et d’organisations qu’il sera possible d’enfoncer le clou.

En conclusion, je pense que ce travail remarquable ne s’adresse pas qu’aux professionnels des Ressources Humaines. A mon sens, la Qualité de Vie au Travail est vraiment du ressort des Directions Générales et Financières ! Quel Dirigeant est prêt à négliger, dans le contexte actuel, un levier majeur de la compétitivité de son entreprise ? Et si on se mettait autour de la table pour étudier comment mettre en oeuvre une démarche QVT ?

Lien vers la fabrique de l’industrie

Lien vers Terra Nova

 

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *