Les moments de partage, ces espaces-temps conviviaux, ont été limités, réduits, voire supprimés. Pourquoi ? Pour optimiser le temps de travail et les process. Vive le Lean Management! Et sincèrement c’est dommage. Justement, il faut parfois savoir perdre son temps, pour mieux en gagner ! C’est bien souvent durant ces pauses, ces réunions informelles que les problèmes se résolvent. C’est au temps de pause que l’opérateur partage avec son collègue sur la machine qu’il faut régler, que l’assistante se pose pour exprimer qu’un client mécontent attend qu’on le rappelle rapidement, qu’un ingénieur trouve une bonne idée en prenant un café avec un collègue d’un autre service. Oui, ce temps perdu est aussi un bon moyen pour les petits réglages quotidiens qui évitent les plus gros problèmes.
Et que dire des rituels collectifs, des réunions ou des conventions… Mais il faut faire des économies, voyons ! Oui, mais avec quel impact ?
Dernièrement, un Dirigeant me demandait de remotiver ses équipes car les résultats n’étaient pas conformes aux objectifs. Je lui demandai comment il célébrait les succès. Un peu décontenancé, il me déclara qu’au vu des maigres résultats, l’heure n’était pas à la fête. Et bien justement, si ! Dans un contexte de crise permanente, signer un beau contrat est exceptionnel ! Trouver une solution à un problème est un vrai succès. Et c’est justement, à ce moment là, que le fait de célébrer le succès par un moment de partage, devient un vrai levier de motivation pour l’ensemble de l’entreprise. Au prochain contrat signé, il accepta de réunir ses équipes et de célébrer le succès obtenu. Ce moment de partage positif a permis de rallumer les étoiles dans les yeux des collaborateurs. Les équipes des différents services ont partagé le succès. Et ce moment en a appelé d’autres. Et ce ne sont pas les lieux les plus prestigieux et les plus chers qui laissent le plus de souvenirs. C’est l’authenticité de l’intention qui compte. Je crois que nous avons, notamment quand c’est difficile, besoin de nous retrouver et partager dans la convivialité, dans la Relation, de créer du liant, de se sentir soutenu et attendu. Le fait de poser un calendrier et de respecter des rituels autour de moments de partage est une source de réassurance, d’énergie et de bienveillance. Quand on sait que nous aurons une occasion de nous retrouver, on est rassuré et on commence à éprouver du plaisir. Je reprendrai ici l’image du petit prince et du renard .
 » Qu’est-ce qu’un rite ? dit le petit prince. C’est aussi quelque chose de trop oublié, dit le renard. C’est ce qui fait qu’un jour est différent des autres jours, une heure, des autres heures ». L’être humain est ainsi conçu. Alors célébrons nos succès collectivement !
Récemment, je regardais une vidéo d’un Ted à propos d’une étude menée sur 75 ans aux USA (Robert Waldinger: Qu’est-ce qui fait une vie réussie ? Leçons de la plus longue étude…). Elle démontre que c’est la Relation qui crée du Bonheur.Les personnes qui ont le plus de connexions, d’échanges bref de Relations et ce quelques soient leur métier ou leur niveau d’étude, sont les plus heureuses. Une autre étude démontre que, plus on a de relations ou d’amis au travail plus on s’y sent bien, plus on y est attaché et plus on est heureux et donc engagé et performant. Et les relations, les échanges se créent justement dans les moments collectifs conviviaux. Une PME Lyonnaise a mis en place un rituel mensuel : le lunch dating. Chaque mois, les salariés se retrouvent au restaurant d’entreprise avec d’autres salariés de statuts, de métiers différents. Pour faciliter les échanges, un jeu quizz est mis en place. Ainsi les cloisons entre statuts et services sont réduites. Une autre entreprise organise des petits-déjeuners entre des salariés et le DG et la DRH, ou encore des concours de photos « Devinez qui est qui ? » avec des salariés quand ils étaient encore gamins ! Vive la convivialité en entreprise !
Dans une grande entreprise, le DRH me confiait la difficulté qu’il avait pour attirer de jeunes talents. Et aussi pour les retenir.(Oui, vous savez bien les jeunes de la fameuse génération Z). Nous avons organisé un benchmark avec une autre entreprise comparable. Et cela lui a permis de comprendre pourquoi à salaire égal, les jeunes préféraient travailler dans une autre entreprise. ? Les moments de partage y sont réguliers, simples et parfois festifs. « On est pas mieux payé mais au moins on se marre ! » déclarait un jeune embauché.
Les moments conviviaux sont aussi une excellente occasion pour déceler les signaux faibles du mal être, de difficultés voire de souffrance d’un collègue. C’est aussi lors de ces moments qu’on peut se sentir soutenu, être attendu, et compris. La Relation évite l’isolement.C’est un levier formidable pour réduire le taux d’absentéisme.